les textes ratés sont comme des mots qui flottent
les textes ratés sont comme des mots qui flottent

Un texte raté en dit autant qu’un texte réussi..

Certains lecteurs dont je fais partie, aiment lire les textes « ratés » de leurs auteurs favoris.
Je ne sais pas si vous faites ça. Mais il me semble en apprendre beaucoup sur celui qui écrit, à travers un texte qui n’a pas la magie à laquelle je m’attends habituellement, mais, qui, par ses maladresses même, révèle d’autres choses sur son auteur.

Lorsque le texte trébuche, cela rend son auteur plus proche.
Je suis curieuse de la vie de mes auteurs favoris et comme j’essaie de respecter leur intimité, les ratés de leurs textes m’apportent des indications sur eux, sur leurs méthodes, leurs domaines de prédilection, sur ce que le texte aurait pu être.

C’est comme si les ficelles d’un tour de magie apparaissaient soudain.
Comme si je voyais la colombe cachée dans la boite noire, ou  le tour de carte qui enthousiasmait ma jeunesse de sa complexité, apparaissait dans la lumière.
Souvent, les cartes se révèlent alors abimées, écornées, le prestidigitateur un peu vieux et plus décati qu’on ne le voudrait, mal fagoté, avec quelques rides au coin des yeux.

C’est le moment où on se rend compte de la finalité des êtres et des choses, le moment où les rayons obliques du soleil au crépuscule, écorchant la réalité, accentuent la fragilité des hommes.

Comme cette phrase que mon fils m’a dite, un jour, du haut de ses cinq ans :
« maman je veux que tu dures ! », bouleversant ma vie jusque là paisible de maman .
Je me pensais à l’abri du temps et de la vie, tranquille et heureuse, ce que j’étais sans aucun doute; ce petit bonhomme m’a soudain projetée dans la fragilité du bonheur, par cette phrase simple et magique, dont seuls les enfants qui ont le privilège de saisir la fulgurance et la gravité de la vie peuvent s’acquitter.
Mon fils a grandi, il y a eu d’autres phrases et d’autres balades avec lui, mais ce moment là reste gravé dans ma mémoire.

Les auteurs aux oeuvres ratées sont comme mon fils de cinq ans…
Comme lui nous voulons qu’ils durent et leurs ratées nous les rendent proches et familiers..sans doute parce que nous aimons aussi leurs oeuvres réussies, les ratées apparaissent plus douces et aimables malgré leurs défauts ou à cause de leurs défauts
J’espère que vous aurez, à l’avenir plus de compréhension et d’indulgence pour les textes « ratés » et leurs auteurs..j’espère vous avoir convaincus de la nécessité de leur existence..

Bonnes vacances.. bonnes lectures..

SARAHLOUP