un moment magique où l'enfance s'immobilise
la fille du vent m’a raconté son histoire…C’EST L’HISTOIRE D’UN INSTANT MAGIQUE

« Quand toutes les feuilles des arbres semblent se mettre à parler

Quand on peut voir le soleil se refléter dans chaque flocon de neige

Quand on perçoit chaque détail de la peau, toutes les nuances du bleu du ciel, la texture des arbres, les formes changeantes des nuages… »

C’est le moment magique où Dieu aparait…

(Alexandro Gonzalez Inarritu  / paroles tirées du numéro de février 2016 de Première )

Le réalisateur en lice pour les oscars raconte le tournage de son dernier film, » the revenant », dans des conditions extrêmes, dans la neige et le froid, avec une nature hostile. Des conditions de tournage, comparables à celles d’Apocalypse Now dont on sait que cela a failli tourner au désastre, ruinant le réalisateur, F. Ford Coppola, et compromettant le fragile équilibre psychologique de certains des acteurs.

Ce moment de grâce dont Inarritu parle quand, avec son chef opérateur ils partent tourner en lumière naturelle dans la nature sauvage, qu’ils n’ont que deux heures pour tourner les plans, qu’il faut faire vite, rassembler tout son savoir faire, sa dextérité, tout son art, au service d’une création, n’est-il perceptible à chacun d’entre nous ?

Un matin, l’aube se lève dans une lumière rougeoyante, une nuit, on marche seul(e) ou avec son amoureux(se), dans la ville mouillée sous la pluie, un rayon de lune transperce la brume, une goutte de pluie révèle l’ourlé de ses lèvres, une mèche de cheveux s’envole et il/elle, sourit, un papillon s’éloigne à tire d’aile, une vague se brise et l’arc en ciel apparait dans l’écume et le vent …une fragile immanence .

Ce moment de grâce où Dieu apparait ne serait-il pas cet instant magique d’équilibre,  une sensation de bien être, où, l’on se rend compte de sa place dans un univers dont la beauté nous émerveille et dont on ressent soudain la magnificence et la fragilité.

L’évanescence du monde en un instant.

Chaque artiste, chaque cinéaste, chaque acteur, chaque poète, chaque homme, chaque femme peut ressentir, cet instant où le monde en équilibre sur un fil révèle soudain sa fulgurante beauté…l’immanence du monde et de l’instant !

Je n’ai pas encore vu le film dont parle Inarritu, mais je voulais partager ce dont il parle avec vous ce matin,

Bonne Journée !

SARAHLOUP