DSC_0258.JPG

« Elle était belle comme la femme d’un autre » , René Girard place dans le trio amoureux l’origine de la violence qu’il a passé sa vie à étudier , de manière trop « chrétienne » pour certains de ses détracteurs.

http://www.thebookedition.com/fr/je-t-aime-je-te-suis-trois-je-te-tue-p-340484.html ( lien pour mon recueil de nouvelles version papier )

« Jules et Jim » illustre  cette violence qui risque de déferler, sous couvert d’un amour à trois. Si l’on s’en tient à la fin tragique de Jules à moins que ce soit celle de Jim. De toute façon, leurs destins sont brisés.

Je vous rappelle l’histoire, Jules et Jim sont amis, Catherine se marie avec Jules, elle aime Jim, tombe amoureuse de celui qui reste l’ami de l’autre, tout en le détestant, d’être aimé d’elle. Il y a une petite fille au milieu des adultes qui essaie de vivre sa vie d’enfant, dans un monde en équilibre instable.

Tout l’art de Truffaut réside dans l’éprouvé offert au spectateur, de la fragilité de l’équilibre d’une situation qui recèle en elle même les raisons de son déséquilibre. Ca finira mal, les histoires d’amour finissent mal, en général , n’est-ce -pas ?

Jeanne Moreau est inoubliable en héroïne aussi belle et fragile qu’indestructible, en marche vers son destin.  Personne n’a oublié la séquence où Catherine court en pantalon et casquette portant la main à son couvre-chef en un geste d’une exquise féminité.. le coeur du spectateur se serre en pressentant la fin tragique qui ne saurait tarder. Lequel finit dans la voiture qui achève sa course au bout d’une jetée en ruine, avec pour passagers les amants égarés, est-ce Jules ou Jim, l’ami ou l’amant?

Un trio amoureux est toujours mortel : c’est ce que racontent mes cinq nouvelles rassemblées en un recueil publié aux éditions the book édition : « un je t’aime, deux je te suis, trois je te tue « .

J’espère qu’elles vous plairont. L’univers dans lequel elles évoluent est plus fantastique que celui du film de Truffaut.  Il recèle quelques uns des ressorts de la violence dénoncée par René Girard.

Cinq situations où un couple rencontre un personnage, et leur univers bascule. Un monde sombre et noir, aux limites de l’étrange, aux bornes du réel, dont l’équilibre instable s’effondre quand  la mécanique de l’étrange et du surnaturel se met en marche .

http://www.thebookedition.com/fr/je-t-aime-je-te-suis-trois-je-te-tue-p-340484.html

Un excellent moment en perspective pour un week-end liseur…(#laoujailu)

Bonne Lecture

SARAHLOUP