IMG_0089_2.jpg

il faut rendre à César ce qui est à César,

je relaie ici, un texte de Sylvie Arditi, troisrouges.com,

que je trouve extraordinaire, je vous laisse le découvrir et l’apprécier

Trou de Damoclès
by sylvie arditi

Il oublie de dire comme il s’était soumis

Il triomphe.

C’est fini

Il n’a plus pris ce tour miserable.

N’a plus rampé devant les moins puissants

Et picolé à mort la boue de leurs godasses

Non

Mendiant

Un puissant passe, remplit son obole

Si son manteau de rue se fourre de gloriole

C’est pour une seconde qu’il mâchera s’il est sage

Pour garder l’impression de s’en nourrir longtemps

Il triomphe par une brêche

Aubaine astrologique

Convoque

Un commando comme une réparation

Fulgurance assommante

Talent oblitéré

Il parade en héros

Applaudi par l’oubli qui l’aime aveuglément

La fin proche s’est tirée au diable

Ce n’est plus une épée qui menace son crâne

C’est plus profondément

Le trou de Damoclès

Il s’en tape

En rage de lumière

Il met le feu à soi

Immolé en souffrance d’allumette

Du papier journal flambe qui isolait son cul

Des cendres

Du trottoir

Du damné macadam

Où il tomberait froid

S’il ne persistait pas en un feu devorant

Qui souffle avec lui-même

Et les autres

Et la terre

Et la nuit

sylviearditi | 25 mai 2016 à 16 h 41 min | Catégories: Non classé | URL: http://wp.me/p5yYWQ-kr